3 raisons majeures de ne jamais acheter un alpaga bébé !

acheter un bébé alpagaIls sont au summum du cute et dans toute leur splendeur en plus ! Les joues touffues à souhait, la petite bouille sympathique, ils jouent beaucoup, ils attirent les regards et ils sont aussi tout doux…

Et puis on est tellement habitués à acheter des bébés chats, des bébés chiens… quand on se lance dans l’élevage, pourquoi ne pas acheter des bébés alpagas pour démarrer ?

Est-ce seulement une technique pour vendre nos « vieux » reproducteurs que de conseiller de ne pas acheter de bébés ?…

Non…acheter un alpaga encore cria, c’est jouer à la loterie en ce qui a trait à la qualité de l’animal et ce n’est pas plus efficace sur le plan financier pour démarrer un élevage, loin de là ! Au final, tu n’auras pas ce que tu souhaites et c’est pourquoi je te mets en garde.

Donc à moins d’avoir le goût du risque, évite à tout prix pour ces 3 raisons d’acheter un alpaga en bas de 2 ans…

1.Personne ne connait la qualité d’un cria au final

«Achète de la qualité»; celle là tu l’as peut-être entendu mille fois.

On peut bien entendu se fier un peu sur l’arbre généalogique de l’animal et de ses ancêtres pour avoir une idée de la qualité, mais ça ne dit pas tout. Ce n’est qu’un indice et il est possible de tomber sur un citron !

La règle des 5 ans

La règle générale dit qu’on ne peut prédire à 100% la qualité d’un alpaga que vers l’âge de 5 ans environ. Avant, on ne le fait qu’à une fraction.

Pourquoi 5 ans ? Parce qu’on a accumulé assez de matériel statistique à ce moment-là pour évaluer son développement (conformité et fibre) et prédire assez justement le développement de la toison dans l’avenir.

L’alpaga de 5 ans peut aussi déjà avoir des descendants de 2 ans, ce qui permet de constater, en plus, sa qualité comme reproducteur.

L’âge le plus intéressant pour acheter est à mon avis environ 3-4 ans. L’animal reste jeune reproducteur mais il est déjà plus facile d’évaluer sa qualité parce qu’il a passé le cap le plus critique de son développement.

Un éleveur consciencieux a déjà acquis aussi beaucoup d’informations sur lui à cet âge (histogrammes, biopsie, statistiques, échantillons et il est peut-être déjà prouvé…).

La première toison de l’animal (cria) est, règle générale, sa plus belle à vie côté finesse. Ça donne un indice sur la qualité à venir de l’animal, MAIS… malgré une belle première toison, des défauts majeurs peuvent venir entacher la qualité des suivantes. L’inverse est aussi possible même si c’est plus rare !

L’évaluation du prix est difficile…

Pour évaluer un alpaga, un éleveur chevronné en connaît plus qu’un jeune acheteur mais il reste difficile de mettre un prix sur un cria quand même. Comment va-t-il évoluer ? Allez savoir; l’éleveur n’est pas devin même s’il décèle plus facilement le potentiel chez les alpagas.

Est-ce qu’il est vendu trop peu cher ou trop cher pour sa qualité ? Vendre un cria ou acheter un cria, c’est la même loterie; parfois on gagne, parfois on perd.

La différence entre le vendeur et l’acheteur, c’est que le vendeur va avoir fait de l’argent quand bien même ça aurait pu être plus.

L’acheteur va vivre avec le risque au quotidien et investir argent / temps sur l’animal pendant de nombreuses années avant d’en voir le fruit.

La croissance

Nous avons parlé plus haut de la qualité de la fibre, mais…Comment va-t-il grandir, cet animal?

On s’entend que normalement, si les parents ont une belle conformité, il y a de bonnes chances que le cria qui en soit issu en ait une belle aussi.

Personne ne peut prédire par contre ce qu’un mix génétique va donner; comme la croissance n’est pas terminée encore,  il y a toujours un risque de mauvais développement.

Il pèse moins que le minimum pour être conforme à 2 ans et reste tout petit ? Ses testicules ne se développent pas comme il faut ? Il ne pourra jamais être enregistré ! Sa valeur ne sera VRAIMENT pas la même que s’il avait pu l’être… Vous pourriez avoir perdu beaucoup d’argent !

La fibre est une chose, mais il y a des paramètres chez un reproducteur qu’on ne peut connaître qu’une fois adulte !

2.Payer finalement plus cher

Tu cherches des reproducteurs et tu t’es dit qu’acheter des bébés va te coûter moins cher qu’acheter des adultes ?

Les bébés ne sont pas nécessairement moins dispendieux que les adultes. En théorie, peut-être, c’est vrai… en pratique jamais.

Un alpaga bébé ne peut pas s’accoupler avant quelques années (2 ans chez les femelles et 3 ans chez les mâles) et il faut une année supplémentaire avant de voir naître le cria.

Il faut non seulement donner les soins de base pendant ces années, mais aussi leur donner des soins vétérinaires quand ils vont en avoir de besoin.

Les risques de décès sont aussi toujours d’actualité même s’ils sont jeunes. Ton alpaga va-t-il survivre jusqu’à la naissance de son premier cria ? S’il meurt avant, tu peux perdre ton investissement…

Avoir une femelle gestante au lieu d’un cria permet d’avoir un descendant de la même génétique peu de temps après, épargnant un peu de ton investissement en cas de décès. Et en prime, un adulte qui aura déjà été reproducteur est prouvé, ce qui n’est pas le cas d’un cria.

Parce que oui, le cria, une fois adulte, pourrait avoir de la difficulté à se reproduire… attendre toutes ces années pour avoir un cria du bébé que tu as acheté et se rendre compte que l’animal est stérile; c’est frustrant ! Très frustrant ! Et même s’il y a compensation de l’éleveur qui t’a vendu l’animal (s’il est encore en affaire) reste que ça ne rembourse pas les années d’attente perdues, ni l’argent investi pendant ce temps sur cet animal…

3.Il va changer…et parfois pas comme tu le souhaites!

Tu le sais, évidemment… ton petit cria va devenir grand et assez rapidement.

Les joues se dégarnissent avec le temps, il va devenir plus grand et peut-être moins sympathique. S’il voulait jouer, il va vouloir bientôt passer plus de temps à manger et ruminer.

Les comportements aberrants

Tu voulais l’acheter bébé pour le «mettre à ta main» parce que tu avais des projets spéciaux pour lui, mais tu n’as peut-être pas entendu parler du syndrome de Berseck et des comportements aberrants.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Que ta petite boule d’amour pourrait devenir ta pire terreur et t’attaquer une fois adulte. Ce syndrome du camélidé agressif (qui se voit aussi chez les lamas) rend l’alpaga dangereux à côtoyer.

Non, bien sûr, ce n’est pas tous les alpagas qui côtoient les humains de très près qui le développent, bien heureusement, mais ça reste dans le domaine du possible. Alors sans essayer de faire peur, j’aime mieux en parler. Ce sont les risques d’une trop grande imprégnation à l’humain.

Dénaturer un cria qui ne connaît pas encore tout à fait les code de conduite de son espèce, c’est prendre le risque qu’il n’agisse plus totalement en alpaga et qu’il ait des problèmes comportementaux même si ça ne va pas jusqu’au syndrôme de Berseck. Ça peut être seulement embêtant ou à l’extrême, créer un véritable problème.

Par exemple, le petit mâle qui colle tant quand il est cria va pouvoir littéralement te pousser par terre lorsqu’il va peser près de 200 lbs… Il peut prendre les hommes pour son espèce et tenter de communiquer de la façon qu’il connait s’il est frustré par un de tes comportements… en crachant…

Un alpaga qui connaît les règles de son espèce va être beaucoup moins dérangeant et «de trouble» qu’un alpaga qui improvise.

Un alpaga qui ne craint rien (mais qui n’a pas plus de défense qu’un autre alpaga) ne fuit pas immédiatement devant le danger.  Il ne va pas se méfier autant qu’il le devrait; ce qui peut occasionner sa perte si tu n’es pas là pour intervenir. TU vas être son «système de survie» au quotidien… mais tu ne peux pas toujours le surveiller.

Il ne faut pas oublier de faire attention à la portée que nous avons sur les animaux que nous côtoyons !

Attention, il est possible d’entraîner un alpaga et de faire beaucoup de chose avec lui, mais il est préférable de le faire quand il a appri à être un alpaga au préalable pour éviter ce genre de problèmes.

——

Est-ce que nous vendons des bébés alpagas ? NON. Et on le fait par conviction parce que nous croyons que ce n’est pas avantageux pour personne, même si on perd des acheteurs en le faisant.

Il arrive que des crias soient vendus avec leur mère lorsque celle-ci est vendue avant la fin de l’allaitement. Un peu comme un «bonus». L’acheteur achète principalement la mère, donc un alpaga qui a déjà prouvé en partie ou en entier sa valeur.

Mais pour les jeunes de 1 an, s’ils sont mis en vente, ils le sont au prix d’un adulte. Nous n’encourageons pas l’achat d’un animal d’un an, mais comme les gens magasinent souvent leurs alpagas pendant plusieurs années, nous voulons leur faire savoir que ces alpagas sont aussi à vendre et le seront à l’avenir. Les éventuels acheteurs peuvent ainsi mieux surveiller ce qu’ils deviennent en vieillissant. Le prix peut changer selon la qualité qu’ils développent avec le temps; donc toujours une valeur plus juste pour tous.

Tu souhaites toujours avoir un bébé alpaga sur ta terre rapidement ? Achètes une femelle gestante au printemps et tu vas avoir très rapidement ce bébé tant désiré…

Tu aimes mes articles et tu aimerais me remercier ? Offre-moi un café !