5 raisons pourquoi il est préférable d’acheter un alpaga au printemps

alpagas sales au printempsPourquoi acheter un alpaga au printemps ?

Les alpagas sont sales, le ménage printanier n’est pas fait (dans sa cour et dans celle des éleveurs !), le temps est bouetteux (surtout sur une ferme!) et la carte de crédit est souvent encore remplie des récents cadeaux des fêtes.

Pourtant, c’est la période de l’année la plus propice pour acheter un alpaga ! Vraiment !

Je te présente ici 5 raisons principales qui expliquent pourquoi il est préférable d’acheter un alpaga au printemps.

D’ordre économique ou qualitatif, ces raisons surpassent à coup sûr certaines des défaites que tu peux te donner pour attendre à l’automne.

À la fin de cet article, je vais te donner d’ailleurs un incitatif de choix pour passer à l’acte dès le printemps venu ! Tu vas voir, ça vaut la peine d’y penser sérieusement !

Et si l’argent n’est pas tout amassé encore pour cet achat ou que les pâturages ne sont pas prêts encore à recevoir tes animaux, dis-toi que la plupart des éleveurs (dont nous !) offrent des services de financement et de pension pour te permettre d’accéder plus facilement et rapidement à ton rêve sans tracas… et te permettre d’acheter au printemps… 🙂

1.Les alpagas ont toute leur toison

Dans le milieu, on parle souvent de «full fleece» pour parler de cet espace-temps, vers avril, où la toison de l’animal a presque exactement une année de repousse. C’est LE moment où il est possible de voir la qualité de la toison sur toute sa longueur (et de voir cette longueur !). Ce n’est pas pour rien que la majorité des compétitions d’alpaga sont faites durant cette période !

Une belle longueur de repousse sur les pattes ou dans le cou ? Ça ne se voit souvent que sur l’animal parce que ces statistiques sont rarement prises en note par l’éleveur. Attention cependant à la longueur sur les pattes; certains tondeurs gardent une bonne partie de la fibre sur celles-ci pendant la tonte ce qui pourrait fausser ton analyse au printemps suivant ! Dans le doute, informe-toi sur la façon dont ont été tondues les pattes.

La densité est une des choses qu’il est extrêmement difficile d’évaluer, surtout si la toison n’est pas sur le corps de l’animal !

À moins bien sûr que l’éleveur ait fait faire un test de densité vers 24 mois d’âge (ce qui est encore rare au Canada), une visite avant la tonte est l’occasion idéale d’avoir l’heure juste et ne pas se fier à des ouï-dires ! Certains se fient sur le poids de la fibre récoltée à la tonte pour avoir une idée de la densité de l’animal, mais selon la technique de tonte et la fibre gardée dans la toison (ou non !), le résultat peut être trompeur. Le meilleur atout de l’acheteur pour la densité reste donc, à moins d’avoir un test de densité, d’aller voir l’alpaga en personne…

La constance de la finesse ou du crimp sur le corps entier de l’animal est aussi beaucoup plus facile à apprécier quand l’animal est devant nous.

Trouver le centre de la cuisse sur une toison ensachée est parfois une épreuve de force et la fibre du cou n’est peut-être même pas disponible. Certains éleveurs gardent des échantillons de la fibre des cuisses et des épaules en plus de la toison principale, mais c’est loin d’être le cas de tous et surtout loin d’être le cas pour tous les animaux ! Imagine l’emplacement requis pour conserver tous ces échantillons, tous les ans, quand le troupeau grossis… et la gestion de tout ça ! Ouf !

2.On voit mieux… tout nu ! 🙂

La tonte a lieu souvent au milieu mai, parfois un peu plus tard, selon les disponibilités et le contexte météorologique régional. Les éleveurs des régions les plus au nord sont souvent les derniers à tondre et parfois, ce n’est fait qu’en juin.

Après avoir vu un alpaga avec toute sa toison, quoi de mieux que de le voir… tout nu ! Ça permet non seulement d’apprécier d’autres de ses qualités (ou de voir des défauts cachés !), mais aussi de le voir une seconde fois avec un regard nouveau.

La tonte fraîchement faite permet en premier lieu d’apprécier certaines statistiques de tonte de l’année ( bien qu’il faut prendre le poids de la toison d’un alpaga avec un gros bémol, elle peut nous donner quelques indices supplémentaires sur le niveau de densité de l’animal).

Ensuite, voir l’animal tondu permet une inspection plus méticuleuse de son état de chair qui est souvent plus difficile à voir quand la fibre est longue (et dense !) ainsi que son état plus général. Des lésions ? Un problème de parasite ? Tu auras l’heure juste !

Il permet d’examiner également plus facilement la conformité de l’animal dont celle des pattes, bien que certains tondeurs laissent parfois beaucoup de fibre sur celles-ci et rendent l’examen d’un angle un peu plus difficile à voir.

Courbure du dos ou dos bien droit ? Largeur du devant de l’alpaga ? Des petites choses qu’on regarde plutôt en aveugle quand la toison est présente… et qui peuvent nous conforter sur notre choix ou nous faire changer d’idée !

3.Tout frais et prêt à se reproduire

Si la transaction se conclus rapidement, tu auras peut-être un cria à peine quelques mois après l’achat ( si c’est une femelle enceinte ).
La femelle était ouverte lors de la vente? Elle sera prête pour la saison des accouplements dès son arrivée chez toi (ou presque !) et te va te permettre de l’accoupler tôt (ou de l’accoupler, simplement; ce que tu ne pourrais pas faire si elle est ouverte et achetée en septembre !).

Sinon, si tu es déjà éleveur ou tu as acheté des femelles qui vont mettre bat quelques mois plus tard, l’achat d’un mâle au printemps permet de profiter immédiatement de ses services de reproduction.

Acheter un mâle à l’automne et devoir le nourrir tout l’hiver sans avoir pu l’accoupler est un peu moins efficace comme méthode !! Nous travaillons avec des êtres vivants; les décès sont possibles. Un achat au printemps est donc moins risqué côté investissement puisqu’on sait qu’il va se rentabiliser certainement avec les crias à naître et qu’il n’y aura pas de mauvaises surprises !

4.Une toison pour commencer…

Si tu n’es pas particulièrement intéressé à voir l’animal après la tonte (ou que tu as déjà vu l’animal précédemment), acheter avant la tonte permet de conserver pour toi la toison de l’année. Si tu transformes ou tu fais transformer ta fibre, ce peut être un 1000$ en profit supplémentaire pour toi sans avoir eu à soigner et nourrir l’animal toute l’année… donc un bon bonus pour toi en partant !

5.Les éleveurs font le ménage… c’est le printemps !

Une des raisons principales et non la moindre, c’est le printemps !

Il y a beaucoup de changements de statut dans les troupeaux le printemps venu…

Les jeunes mâles vont retrouver enfin le troupeau des grands reproducteurs (ou non !). Les crias, s’ils étaient à part, vont rejoindre les femelles ou les jeunes mâles et vont être divisés à jamais. Les femelles qui vont donner naissance pendant l’été sont parfois mis dans un troupeau à part pour un suivi plus serré pour la criation…

Et c’est souvent à ce moment que l’éleveur d’alpagas se rend compte qu’il commence à manquer de place, qu’il a beaucoup de femelles avec la même génétique ou qu’il va se résigner sur le fait qu’un de ses jeunes mâles ne va jamais se reproduire chez lui malgré qu’il soit superbe parce qu’il est lié à une bonne partie du troupeau…

Le printemps est donc souvent l’occasion de dénicher des perles chez les éleveurs et souvent, ces animaux viennent à peine d’être mis en vente ! Tu vas donc avoir le premier choix !

…ET comme promis, un petit conseil d’acheteur/éleveur…
Les éleveurs, dans cette folie du printemps, attendent leurs nouveaux crias avec impatience et parfois aussi les premiers crias de la relève de certaines femelles ! Pour faire de la place, ils sont parfois prêts à offrir de bons rabais sur certains de leurs animaux ! À méditer parce c’est non négligeable pour le portefeuille !!

 

Tu aimes mes articles et tu aimerais me remercier ? Offre-moi un café !