Alpaca Genius

Formation / gestion de troupeau d'alpaga
$0 0
Panier

Votre panier est vide.

Origine | D’où vient exactement l’alpaga ?

Les pays d’origine

L’alpaga (vicugna pacos), comme tous les petits camélidés (alpaga, vigogne, lama et guanaco), a comme origine l’Amérique du Sud (Pérou, Bolivie, Chili, Argentine…) bien qu’il y en ait maintenant partout à travers le monde.

Les pays d’origine détiennent la plus grande population qui se chiffre à plusieurs millions de têtes. Ce sont eux qui produisent également la plus grande quantité de la fibre d’alpaga qu’on retrouve dans le monde (autour de 6500 tonnes produites par année).

On ne retrouve pas d’alpagas à l’état sauvage; c’est un animal d’élevage depuis des millénaires.

Certaines images artistiques illustrant l’alpaga et des restes de textiles appartenant à la civilisation Moche ainsi que d’exceptionnels manteaux de coton et de fibre de camélidé pour recouvrir les morts produits par la civilisation de Paracas entre le 7e sièce et le 5e siècle av. J-C a fait preuve de la présence des camélidés et de l’utilisation de leur fibre depuis fort longtemps.

Histoire de l’alpaga et de sa fibre

Surnommée la « fibre des dieux » par les incas, la toison des alpagas était réservée à la noblesse qui chérissait et glorifiait ces animaux.

Après l’arrivée des conquistadors en Amérique du Sud et la conquête de l’Empire Inca par les espagnols, vers 1532, l’immense population d’alpaga a rapidement décliné au point de presque disparaître.

Les espagnols, ayant amené avec eux leur bétail (dont les moutons) et boudant les élevages locaux, ont chassé les alpagas des meilleurs pâturages (lesquels se sont par ailleurs dégradés avec l’arrivée du nouveau bétail).

Énomément de petits camélidés ont été abattus en masse pour la viande et aussi, vraisemblablement, uniquement parce que le peuple envahi les voyaient comme un signe de prospérité et culturellement importants.

L’altitude des hauts plateaux a alors été un refuge pour une petite population d’alpagas et leurs alpaqueros, dans des conditions beaucoup plus arides et où les moutons ne s’aventuraient pas.

Pour avoir des animaux plus gros et une plus grande quantité de fibre / viande par animal dans ces temps difficiles, l’alpaga a été souvent par la suite négligemment sélectionné en tenant compte de sa grosseur et/ou croisé au lama (plus gros). Ça lui a fait malheureusement perdre au passage une partie de sa douceur originelle. On travaille aujourd’hui partout dans le monde à retrouver la qualité exceptionnelle d’origine, du temps des Incas.

De nos jours, l’alpaga est élevé essentiellement dans les montagnes et l’altiplano, entre 3000 et 5000m d’altitude. Il est habitué à des conditions de vie assez arides par moment (grands écarts de température, pâturage à faible repousse et/ou peu protéiné…).

Le Pérou a développé une réelle industrie avec la fibre de l’alpaga, avec de grosses fermes commerciales qui fournissent de larges industriels.

Même si les fibres y sont de plus en plus triées selon leur douceur, ce qui n’était pas nécessairement le cas par le passé, la majorité des exportations qu’on retrouve sur le marché actuellement sont de grade péruvien -bébé alpaga- (baby alpaca) ou inférieure. La qualité -bébé alpaga- ne provient pas nécessairement des bébés, n’est pas rare et pas la plus douce non plus, contrairement à ce qu’on entend parfois.

Dans cette industrie péruvienne, les indigènes alpaqueros, sont malheureusement toujours pauvres; les profits sont inégalement distribués et généralement récoltés par les intermédiares.

Les changements climatiques pourraient devenir la prochaine grande menace pour ceux-ci et leurs alpagas; ayant de moins en moins de précipitations, les herbes se font plus rare et de moindre qualité, poussant les alpaqueros à monter toujours plus en altitude pour alimenter les troupeaux, dans des conditions encore plus difficiles. Beaucoup n’ont pas les moyens de construire des abris pour protéger leurs animaux des intempéries ni pour fournir aux animaux les soins qu’on a le potentiel de donner au Canada.

Les alpagas que vous côtoyez au Québec sont nés au Canada ou, plus rarement, aux États-Unis. Les alpagas sont des animaux enregistrés ici et l’importation en provenance du Pérou est maintenant pratiquement impossible…

Karine Caron

Propriétaire de la ferme familiale Alpagas Fibrefine, je suis une passionnée des camélidés et de leur fibre exceptionnelle. J'adore prendre soin de ces animaux unique, transformer moi-même leur fibre en de multiples accessoires ainsi que d'assouvir ma soif insatiable d'information sur eux.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Heures d'ouverture

    25 juin au 24 décembre
    ♦ Boutique de la ferme: Mercredi au Dimanche | 10h à 16h
    ♦ Visite agrotouristique: Sur rendez-vous (pris en ligne uniquement)

    25 décembre au 24 juin
    ♦ Boutique de la ferme: Sur rendez-vous (téléphone, courriel ou texto)
    ♦ Visite agrotouristique: Sur rendez-vous (pris en ligne uniquement).

    Alpagas Fibrefine

    714 rang des Érables
    Sainte-Eulalie, Québec
    G0Z 1E0

    info@alpagasfibrefine.com
    819-817-3395
    Besoin de photographies d'alpagas pour vos publications ?