Reproducteur | Choisir et acheter un alpaga pour la reproduction

Reproducteur mâle alpaga

Acheter un alpaga reproducteur est plus complexe que d’acheter un alpaga pour la production de fibre, en ce sens que l’on ne doit plus alors seulement se fier à l’animal devant nous, mais aussi à tout le potentiel (et défauts!) qu’il peut transmettre à sa progéniture.

Bien que l’on recherche majoritairement certains traits chez un alpaga reproducteur de qualité, ton plan d’affaires et les buts de ton élevage va peut-être faire en sorte que tu vas accorder plus ou moins d’intérêt à certains traits.

Je te fais ici un survol de diverses caractéristiques qu’il faut surveiller…

La fibre d’un alpaga géniteur

La fibre d’un alpaga qui va se reproduire doit non pas être bonne, mais excellente.

Tu as donc tout intérêt à vérifier les principaux paramètres de la fibre lors de tes recherches avant d’acheter. On recherche le top 25% ou mieux pour devenir reproducteur dont les 5% supérieur sont considérés comme des reproducteurs d’élite.

Les mâles sont d’autant plus surveillés puisqu’ils vont mettre à terre plusieurs crias par année contrairement aux femelles.

Malgré tout, un excellent mâle ne fait pas de miracles accouplé avec une femelle bas de gamme qui va transmettre aussi une partie de sa génétique au cria à naître;

Acheter des bonnes femelles reproductrice est donc aussi important.

Pour sélectionner un alpaga reproducteur d’excellente qualité, plusieurs outils et paramètres peuvent t’aider.

Je te les présente bièvement ici; apprends à les apprivoiser, c’est la clé !

Histogramme

L’histogramme, c’est une analyse d’un échantillon de la fibre de l’animal, une année donnée et qui donne une panoplie d’informations sur la fibre avec une extraordinaire précision.

Finesse, variation de cette finesse dans l’échantillon, proportion de poils de garde et même, dans certains histogrammes, tu pourras voir inclus d’autres données dont l’angle du crimp de l’animal.

Un outil précieux qui va t’aider à comparer des animaux entre eux… et à voir comment vieilli un animal !

Doit-on se référer seulement à un histogramme avant d’acheter ?

Non, l’histogramme n’est qu’une donnée parmi tant d’autres qui peut être d’ailleurs faussé lorsque l’animal est amaigri (ou trop gras !); il est important d’avoir plus de données pour faire un choix !

Déjà, il est souhaitable d’avoir PLUS d’un histogramme pour voir l’évolution de l’animal. Ensuite, il faut considérer le résultat avec d’autres paramètres.

Gabarit de l’animal

Le gabarit de l’animal fait varier le poids de la toison… et puisqu’on choisi un reproducteur, le gabarit va faire varier celui de la descendance aussi.

C’est une raison de plus de bien sélectionner la grosseur de l’animal. Une toison plus légère, c’est moins de fibre et c’est également moins de profits possible par animal.

De plus, le gabarit va avoir un impact sur la facilité de la reproduction. Une petite femelle va peut-être avoir plus de difficultés avec ses grossesses/accouchements si le mâle est plus gros et un mâle va probablement avoir plus de difficulté aussi à accoupler une femelle beaucoup plus grosse que lui.

Densité de la fibre

La densité de la fibre est mesurable objectivement par une biopsie de la peau à environ 24 mois d’âge.

Peu d’éleveurs font cette analyse… et encore moins systématiquement sur tous les animaux parce que le test est assez coûteux.

Une biopsie va te renseigner sur la densité (quantité de poil par mm/carré), mais aussi sur la proportion de fibres primaires et de fibres secondaires (plus fines) dont le ratio est un autre indice de la qualité de la toison de l’animal.

S’il n’y a pas de biopsie effectuée sur l’animal convoité, tu vas devoir te fier à l’éleveur pour la densité, aller évaluer toi-même l’animal ou demander les services d’un juge pour une évaluation.

La densité est cependant le paramètre qui est le plus difficile à évaluer objectivement sans analyse.

Poids de la toison à la dernière tonte

Si tu n’as pas vu l’animal en personne, cette donnée va te donner un indice de la quantité de fibre que produit l’animal ( finesse, longueur de repousse et densité confondue).

C’est une donnée qu’on doit prendre à la légère puisqu’elle n’est pas excessivement fiable.

Ne te fies pas seulement là-dessus puisque les techniques changent d’un tondeur à un autre et que ça peut faire varier le poids.

Vérifier aussi la date de la dernière tonte pour connaître le nombre de jours de repousse.

Longueur de la fibre

La longueur de la fibre de l’animal est importante pour la production de la fibre, donc ça l’est pour un alpaga reproducteur également.

La longueur est liée à la génétique, à l’âge de l’animal, mais aussi à l’alimentation.

Gros primaires (parfois poils de garde)

En plus de la donnée sur la proportion de gros primaires ou/et des poils de garde dans la toison qu’on retrouve dans l’histogramme, il est possible de s’intéresser également à la quantité de ceux-ci que porte l’animal sur son corps entier. Cela notamment parce que la section envoyée pour analyse est l’endroit où se trouve la meilleure qualité de fibre de l’animal… tandis qu’on utilise beaucoup plus de surface de fibre quand on transforme.

Le but étant d’en avoir le moins possible puisqu’ils influencent grandement le confort ressentit dans un produit en alpaga.

La conformité d’un alpaga reproducteur

Une bonne conformité, c’est beaucoup une question de proportions et de l’allure générale de l’animal.

Grosseur de l’animal, proportion des parties du corps, largeur du bassin, largeur du devant de l’animal, angle des pattes, grosseur des os, droiture de la colonne vertébrale, démarche, alignement des dents, conformité des organes génitaux… etc.

Est-ce si important ? OUI

Un problème de conformité chez la femelle, par exemple un dos arqué, influence l’angle du bassin et la capacité de cette femelle à bien mettre au monde ses crias.

Reproduire des animaux avec des incapacités ou des problèmes physiques qui ne semblent que superficiels à première vue peuvent avoir plus de conséquences qu’on ne le croit de prime abord sur leur santé à eux et leur capacité à reproduire… mais aussi perpétuer ces problèmes de santé chez les nouvelles générations !

Quelques exemples sur la conformités…

♦ Les pattes avant (vues de devant) doivent être le plus droites possible. Des problèmes de pattes vont non seulement raccourcir la vie de l’animal qui va avoir plus de difficulté à s’alimenter, mais ça amènent aussi des frais vétérinaires dans les cas les plus graves, à causes d’inflammations.

♦ On recherche un animal aux dents les plus alignées possible avec la gencive supérieure. De bonnes dents aident à une meilleure santé de l’animal, tout comme nous, puisque ce sont elles qui leur permettent de s’alimenter convenablement. Des dents mal alignées demandent aussi plus de soins (être coupées beaucoup plus régulièrement).

♦Chez les mâles, on cherche en particulier des testicules bien descendus dans le scrotum et de grosseurs égales; les défauts des organes génitaux se transmettent assez bien d’une génération à l’autre et peuvent faire en sorte de diminuer la fertilité des animaux.



Si tu as envie d’aller plus loin et d’avoir toutes les cartes en main pour mieux choisir un alpaga, je t’encourage fortement à te procurer le livre que j’ai écris sur le sujet;

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments