Histogramme | lire et comprendre une analyse de fibre

Histogramme | Feuille analyse laboratoire

Feuille d’analyse OFDA 100 d’un échantillon.

La lecture de l’histogramme est un must pour connaître beaucoup mieux la qualité de l’alpaga que l’on évalue. Bien que l’histogramme ne dise pas tout, n’est pas infaillible et ne présente qu’une idée de la qualité de la toison de l’animal entier (ça reste un échantillon !), il est un outil de choix pour comparer plusieurs alpagas entre eux et se faire une meilleure idée de ce qu’ils pourront devenir avec les années… c’est ainsi qu’on améliore les qualités d’un troupeau; en sélectionnant nos géniteurs avec soin, pas autrement !

Un seul histogramme donne certainement des informations très intéressantes sur un animal, mais plusieurs histogrammes sur plusieurs années permettent de mieux connaître l’évolution de ce dit animal.

En fin de compte, plusieurs analyses nous donnent un choix plus logique ! Je t’expliquer pourquoi d’ailleurs c’est plus logique à la fin de cet article avec un exemple, mais de prime abord, voici en détail les renseignements que l’analyse du laboratoire fournit…

Tu ne comprends pas du premier coup toutes les notions ? Tu trouves cet article aride et difficile à lire ?

Ne te décourage pas, c’est normal ! C’est un apprentissage comme tant d’autres qui demande du temps, de la logique et beaucoup de concentration au début, à mille lieues du côté artistique de la fibre. Mais comme pour le patin, on finit par y arriver !

La constitution de l’histogramme

Histogramme - exemple écrit

Un histogramme avec les différentes données, ici encadrées.

En préambule, voici ce à quoi ressemble le résumé d’un histogramme tel qu’on le voit un peu partout; un paquet de chiffres, de symboles et de lettres.

Bien que la présentation diffère parfois, c’est pratiquement toujours dans cet ordre que l’on voit les différentes données de l’histogramme (que j’ai séparé ici dans dans des carrés rouges). Selon le test effectué, la courbure (ici: curv pour curvature) n’est pas toujours présente et d’autres données peuvent aussi y être présentes ou non, dont le spin fineness, qui est la finesse au toucher (qui est aussi calculable avec les données principales).

Les 4 principales données y sont habituellement toujours: AFD, SD, CV et >30.

AFD

L’AFD (average fiber diameter ou moyenne du diamètre des fibres) est l’une des données principales de l’histogramme, soit le diamètre moyen des fibres de l’échantillon analysé. C’est calculé en micron ( 1 micron = 0,001 millimètre). En moyenne, pour l’alpaga, ce chiffre se situe entre 15 et 35 microns.

Plus le chiffre est petit, mieux c’est, puisque la finesse de la fibre est intimement liée à la douceur.

La douceur associée au micron compte pour environ 70 à 80% de la valeur totale que l’on attribue à la fibre 1. C’est-à-dire que plus une toison est fine (et douce!) plus elle peut valoir cher sur le marché !

Pour référence, sache qu’un globule rouge est de 8 microns environ et qu’un cheveu humain est situé entre 50-100 microns. La vicuna (ancêtre sauvage de l’alpaga encore vivant) et la soie de grande qualité ont environ 12 et 10 microns de diamètre. Certains alpagas ont commencé à atteindre aux États-Unis le 10 microns, bien que ce soit encore très rare.

Pour une fibre à partir de 21 microns, il peut commencer à y avoir certaines réactions mais à 25 microns, la moyenne des gens vont commencer à ressentir de légers picotements sur la peau si l’item est porté dans des zones sensibles du corps, comme le cou.

Chaque personne ayant une sensibilité différente, l’effet peut varier d’une personne à l’autre, d’une région à l’autre sur leur corps et d’une circonstance à une autre (s’il fait trop chaud, par exemple, le picotement peut être accentué).

À 30 microns, la fibre est considérée comme étant aussi corsée qu’un poil de garde; tu vas voir d’ailleurs plus loin que la proportion de poils au-dessus de 30 microns est aussi inscrite dans l’histogramme pour l’échantillon analysé. La finesse a donc un impact sur ce qu’on va faire de la fibre.

Il est à noter que l’écaille sur la fibre de l’alpaga est beaucoup moins perceptible au toucher que celle du mouton; cela rend la fibre d’alpaga de 25 microns plus douce au toucher que la laine pour une analyse identique. Cette particularité fait que porter de l’alpaga est plus agréable et dérange moins certaines personnes à la peau plus sensible.

SD

Le SD (standard deviation) représente la variabilité du diamètre des fibres autour de la donnée moyenne (AFD), en microns.

On vise ici encore le chiffre le plus près de 1 possible pour que les fibres soient les plus uniformes dans l’échantillon. L’uniformité améliore la qualité des produits conçus, évidemment, mais aussi la sensation de douceur générale au toucher, la résistance à la traction de la fibre 2  et les animaux avec un bas SD présentent généralement moins de variabilité de microns dans l’entièreté de la toison (et non seulement dans l’échantillon). Dans une population moyenne des fibres, 66% des fibres mesurées se situent dans le premier SD de la moyenne (un micron avant la moyenne et l’autre après), 95% dans un total de 2 SD et 99% dans 2.6 SD 3.

Le SD est une donnée difficile à utiliser pour la comparaison entre plusieurs alpagas qui n’ont pas nécessairement le même micron puisque le SD tend à augmenter avec l’AFD. C’est pourquoi plusieurs utilisent souvent le CV pour la comparaison entre les animaux. Malgré tout, cette donnée est de plus en plus demandées par les acheteurs commerciaux; il est insensé de ne pas s’en préoccuper et elle donne des pistes que le CV ne peut pas donner sur la fibre.

CV

Le CV est une donnée combinée de l’AFD et du SD et se présente en pourcentage. Pour obtenir le CV sans l’avoir, on peut le calculer simplement comme suit:

(SD / AFD) x 100 = CV

La moyenne de distribution de la fibre donne généralement un CV de 24%. Il est préférable d’avoir le plus bas CV possible pour une meilleure uniformité de la fibre et un CV toujours en deçà de 24%. À chaque tranche d’en moyenne 5% en deçà de 24%, on ressent une amélioration d’environ 1 micron au toucher (la douceur au toucher est la donnée du spin fineness, qui se retrouve sur la feuille d’analyse du laboratoire, mais pas toujours inscrit dans l’histogramme diffusé).

Pour être précis (hum!)…

histogramme: formule du spin fineness

Dans la formule ci-contre, le MFD est la même donnée que l’AFD et CVD% est le CV.

 

 

Le Spin fineness est une bonne mesure à utiliser pour comparer la finesse des alpagas entre eux, justement parce qu’ils comprennent les données du CV et de l’AFD.

Si on prend l’exemple ci-haut avec le calcul simple: AFD 18.5 SD 3.3 CV 18.0% >30 0.6% curv 55.2
Un CV de 18%  (24%-18%= 6) équivaut donc à un peu plus d’un micron de moins pour cet animal au toucher, donc environ 17.3 microns.

>30

Ce pourcentage équivaut à ce que l’échantillon contient en fibres qui sont au-dessus de 30 microns. On souhaite évidemment que ce chiffre soit le plus bas possible même si les meilleurs animaux ont quand même tous quelques poils de garde dans leur toison. Un pourcentage trop élevé va affecter la douceur et le confort associé à la fibre, mais aussi la rentabilité de la toison.

CURV

La courbure (curvature) est une donnée qui n’est pas toujours présente dans l’histogramme, mais que j’aime de plus en plus observer au fil de mes recherches. Elle donne comme information le degré de la courbe à chaque vague dans la fibre (crimp) en millimètre. Malgré ce que certains pensent, le crimp n’est pas seulement un critère d’appréciation personnelle, mais une donnée très intéressante pour l’amélioration de la qualité de la fibre puisqu’une fois filée, cette courbure va modifier non seulement le volume du fil (pour qu’il soit bien spongieux au toucher!), sa mémoire (sa capacité à reprendre sa forme), mais aussi son coefficient de chaleur. De façon générale, surtout pour l’alpaga puisqu’il tend à avoir une courbure beaucoup moins prononcée comparativement à d’autres fibres de qualité, plus le degré de courbure est élevé, plus c’est positif !

Il faut savoir cependant que plus ce chiffre est élevé et moins généralement la fibre aura de la longueur (mais sera plus élastique par contre). Un alpaga qui a une belle longueur ET un degré de courbure élevé; c’est le paradis ! 🙂

Comparaison d’histogrammes

C’est après cela que ça devient amusant et intéressant ! Parce qu’une fois que nous savons lire les analyses (et que les maux de tête associés à la compréhension ont disparu !), on peut comparer plus facilement les animaux entre eux. Même si nous n’avons pas tous les renseignements sur les animaux, ces histogrammes peuvent faire influencer notre intérêt réel pour un animal ou nous aider à choisir entre deux animaux très similaires. Il faut noter évidemment l’âge que l’animal avait lors de l’histogramme; parce qu’en comparant des animaux qui n’ont pas le même âge, on compare évidemment des pommes et des oranges !

Animal #1, 1 an: AFD 19.6 SD 3.7 CV 19.0% >30 1.3%, curv 41.0

Animal #2, 1 an: AFD 20.7 SD 4.9 CV 23.8% >30 2.4%

Ici, par exemple, on remarque que le premier animal a une meilleure finesse (AFD) que le second d’environ 1 micron. Si on regarde le CV, on remarquer 5 pourcents en bas de 24% pour le 1er animal ce qui lui donne environ 1 micron de douceur supplémentaire au toucher pour un total de 2 microns plus doux que le 2e animal.

Le nombre de poils de garde pour le premier animal est aussi en deçà par rapport au 2e.

Plusieurs histogrammes valent mieux qu’un seul !

Un seul histogramme en dit beaucoup sur la fibre pour un moment bien précis dans le temps. Par contre, rien de mieux que de comparer plusieurs histogrammes d’un même animal puisqu’il nous présente l’évolution de la toison sur plusieurs années, donc également une idée de comment celle-ci va évoluer dans le futur.

Je te fais donc ici une analyse personnelle de deux animaux…un exemple va te convaincre !

Animal #1

1 an: AFD 19.6 SD 3.7 CV 19.0% >30 1.3%, curv 41.0
2 ans: AFD 20.9 SD 3.5 CV 16.9% >30 1.3%, curv 44.9
3 ans: AFD 25.1 SD 4.0 CV 15.8% >30 6.4%, curv 40.7
4 ans: AFD 23.1 SD 3.9 CV 16.9% >30 3.3%, curv 39.3

Animal #2

1 an: AFD 20.7 SD 4.9 CV 23.8% >30 2.4%
2 ans : AFD 20.2 SD 4.3 CV 21.5% >30 2.0%
3 ans: AFD 22.8 SD 5.2 CV 22.9% >30 6.3%
4 ans: AFD 24.9 SD 4.9 CV 19.8% >30 11.8%

Tu retrouves ici les mêmes 2 animaux que nous avons évalués précédemment. Par contre, dans ce cas, avec plusieurs histogrammes, on peut faire une analyse beaucoup plus intéressante. Par exemple, dès la 2e année, on remarque que la toison du 2e animal n’a presque pas changé. En ce qui concerne la 2e toison du premier animal, son AFD (micron) a augmenté de 1.3 point. On pourrait de prime abord dire que le 2e animal est meilleur parce qu’il a su conserver sa finesse, mais avant toute déduction facile, il faut observer le CV qui a changé également… Pour le premier animal, en réalité, la douceur au toucher est d’environ 1.5 points inférieurs à l’AFD (CV24%-16.9%= 7.1/5 = 1.42 micron de moins), donc de 19.5 microns tandis qu’il ne change que de 0.5 micron pour le deuxième animal (19.7 microns).

Le 1er animal est donc, encore à mon avis, à sa 2e année, le plus intéressant du point de vue de l’histogramme, même si la finesse moyenne a bougé un peu plus que celle du deuxième animal.

À la 3e année, on remarque un changement drastique du 1er animal avec un AFD de 25.1 microns et un CV de 15.8%. Il a toujours un toucher de 23 microns environ tout comme le 2e animal à cause de son CV. Normalement, il faut noter les changements brusques dans l’histogramme; si c’était le dernier histogramme disponible du premier animal, on pourrait croire à un blow out à sa 3e année (un changement brusque de qualité de la fibre), mais le 4e histogramme confirme que ce n’est pas le cas puisque le micron diminue de nouveau à l’âge de 4 ans et que la différence de micron est toujours de 1 micron par année environ. Il est à noter qu’un surpoids peut faire monter de plusieurs microns le diamètre de la fibre de l’animal; c’est ici le cas.

On remarque qu’à 4 ans, le 2e animal reste à labour du 1er malgré une évolution normale de sa fibre. Le poil de garde du 2e animal s’est d’ailleurs développé beaucoup plus rapidement que celui du premier animal qui était toujours à 3.3% à 4 ans comparativement à 11.8% pour le 2e animal.

En moyenne, il y a une augmentation d’environ 2 microns au maximum entre la 1re et la 2e année et d’un micron par année par la suite bien qu’il y ait des exceptions. Des animaux qui n’augmentent pas avec les années (et même dont la finesse s’accentue!), ça existe, mais c’est très rare !

Pour ce qui est du CV en général sur ces deux animaux, le premier animal semble avoir une meilleure uniformité de micron dans son échantillon, ce qui signifie que ça risque d’être le cas dans sa toison également… ce qui est somme toute doublement intéressant vu la belle progression de la finesse que nous avons analysée !

L’histogramme n’est pas infaillible

Oui, même si l’histogramme est une façon très pratique de comparer deux animaux entre eux, il y a un lot de pièges qu’il faut éviter et prendre les résultats pour ce qu’ils sont…

1. N’achetes pas seulement en te servant d’un histogramme

Même s’ils sont TRÈS pratiques, ils ne donnent aucune information sur l’état de santé de l’animal, sur l’état de ses dents, les pattes, les onglons… etc. La densité et la longueur de fibre sont aussi une partie très importante de l’évaluation de la fibre d’un animal et les histogrammes ne donnent pas ces renseignements. N’oublies pas qu’un histogramme ne reste qu’un outil parmi tant d’autres…

2. Maigre ou gras, ton alpaga ?

L’état de chair de l’animal a beaucoup d’impact sur l’histogramme.

Un animal trop maigre va avoir un histogramme particulièrement alléchant (faible micron) mais ne vous donne pas nécessairement un animal en santé. Et une fois son poids santé repris, l’histogramme montre la vraie face de l’animal… avec peut-être quelques problèmes physiques supplémentaires créés par ce laps de temps où l’animal n’avait pas ce dont il avait besoin en nutriments…

Un animal trop gras va avoir un histogramme souvent de plusieurs microns plus élevés par rapport à ce qu’il peut avoir; savoir que l’animal est en surpoids peut aider puisque la comparaison n’est pas la même que si son état de chair était correct !

Nous voulons évaluer ce que l’animal a intrinsèquement comme qualité, non ce qu’il a en réalité sur son histogramme coûte que coûte… il faut donc faire un biais parfois à certaines données récoltées !

3. L’histogramme, ça se triche aussi…

Certaines méthodes de calcul par les laboratoires peuvent être contournées quand on sait exactement à quel moment «on doit faire jeûner l’alpaga»… Oui, je sais, tu peux lever les yeux au ciel; c’est déprimant de lire ça… Est-ce que des éleveurs le font réellement ? Ça reste à voir…

Il existe différentes machines pour tester la fibre et les plus utilisées sont le Laserscan et l’OFDA 100. Pour l’analyse, ces machines demandent un échantillon de moins de 2 mm de longueur de la fibre qui est coupée dans l’échantillon que l’éleveur a envoyé…à une distance bien précise… qui correspond aussi à un moment bien précis de la pousse de la fibre.

Cette mesure correspond à peine à quelques semaines de vie dans une année et c’est pourquoi on sait que théoriquement, l’analyse peut être truquée…

Contrairement à ces machines, l’OFDA 2000 donne un rapport basé sur toute la longueur de la fibre envoyée, donc sur toute la croissance de la fibre. Par contre, peu d’éleveurs utilisent ces machines.

Je traiterai probablement dans un prochain article des différences entre les différents tests scientifiques possibles (histogrammes, densité…)… il y a beaucoup à en dire !

Sources:

  1. A definitive guide to alpaca fiber, Cameron Holt.
  2. http://www.aaft.com.au/guide.html
  3. http://www.alpacas.com/AlpacaLibrary/Html/FiberTesting.htm