Naissance de l’alpaga : criation

naissance alpaga criation

La gestation de l’alpaga est en moyenne de 345 jours chez l’alpaga (11 mois et demi) mais elle peut être facilement plus courte ou plus longue de 2 bonnes semaines. Certaines de nos femelles ont une moyenne de gestation personnelle de 360 jours ! Notre record à la ferme est une gestation de 378 jours, soit plus d’un an; celle qui a vu naître notre Beyonce.

Femelle alpaga et son bébé cria une heure après la naissance
Une femelle alpaga et son bébé, environ une heure après la naissance. La mère dirige son bébé vers les tétines pour que le cria boive bien son colostrum et son lait, par la suite.

Comme nous vivons dans un pays avec un hiver froid, il nous faut planifier nos naissances pour la saison chaude (fin du printemps, voire l’été) afin d’assurer la survie du cria. Nous prévoyons la naissance de nos crias de mai à septembre, au Québec. Il arrive assez fréquemment qu’une femelle ne soit pas accouplée avant l’hiver parce que la dernière naissance a eu lieu trop tard dans l’année. Dans ce cas, l’accouplement a lieu tôt au printemps suivant.

Nombre de bébés alpaga par année

Toujours un seul bébé  ! La physiologie de l’alpaga fait en sorte que les jumeaux sont excessivement rares (encore plus ceux qui survivent!).

Lorsqu’il y a des jumeaux, la femelle avorte très fréquemment au début de la grossesse, de sorte que l’éleveur crois fréquemment dans ce cas que l’accouplement n’a pas fonctionné ou, plus rarement, au 7e mois, lorsque tous les organes des bébés ont commencé à fonctionner.

Les naissances vivantes de jumeaux sont TRÈS rares. Lorsqu’il y a des jumeaux, la femelle a souvent de la difficulté à allaiter les 2 crias et leur survie est généralement moins assurée. Les éleveurs ne souhaitent donc pas vraiment les naissances multiples !

Le déroulement de la naissance

Un bébé alpaga prend de grandes inspirations pendant l'accouchement.
Un bébé alpaga prend ici de grandes inspirations pendant l’accouchement. Sa mère s’est couchée quelques instants pour se reposer.

L’alpaga met bat assez rapidement. On appelle la naissance de l’alpaga la « criation ». Bien que le travail commence bien des heures avant la sortie du bébé, l’expulsion se déroule environ en 30 minutes pour les femelles d’expérience. Il faut être attentif puisqu’il est facile de manquer complètement la naissance d’un alpaga !

Plusieurs indices nous incite cependant à observer plus attentivement une femelle gestante qui approche de sa mise bat; des aller-retour à la litière, des « hum » fréquents et insistants, la femelle qui s’isole du reste du troupeau… La très grande majorité des naissance a lieu entre 10h00 et 14h00, ou du moins, pendant le jour. Les accouchements très tard en journée présagent parfois des difficultés pour la naissance à venir.

Une fois l’expulsion débutée, si le cria est dans la position optimale, on commence par voir le nez et les pattes avant. La naissance a souvent lieu debout. Cette station permet au cria d’expulser ses sécrétions pendant sa descente, en éternuant et en toussant.

Une fois le bébé à terre, le placenta devrait suivre dans l’heure ou les heures suivantes.

Une jeune mère sent son cria après la naissance
Une jeune mère sent son cria après la naissance. Elle reconnaît son petit parmi tous les autres bébé alpagas et ne laisse normalement boire que lui à ses tétines. Ces instants sont importants pour la relation entre la mère et son cria.

Après la naissance de l’alpaga

Le bébé alpaga pèse entre 13 et 22 livres. Il boit aux tétines de sa mère pendant plusieurs mois et diversifie également son alimentation en compagnie du reste du troupeau. Pâturage, foin…puis moulée, autour de l’âge d’un mois environ.

Il est sevré vers 6 mois et pèse alors environ 70 lb, soit à peu près la moitié du poids d’une femelle adulte. Le sevrage laisse une chance à la mère de se reposer avant la prochaine naissance ainsi qu’au cria de prendre totalement son indépendance.

L’espérance de vie et la reproduction

L’espérance de vie de l’alpaga est d’environ 20 ans. La femelle peut facilement avoir des crias jusqu’à un âge assez avancé.

La reproduction se fait de façon tout à fait naturelle. On ne fait pas vraiment d’insémination artificielle chez l’alpaga (le taux de réussite est trop faible), mais tranquillement, la porte s’ouvre pour des transferts d’embryons.

Il n’y a pas de chaleur chez l’alpaga même s’il y a des périodes dans leur cycle où les femelles sont plus réceptives. L’ovulation (induite) se produit donc en présence du mâle, grâce à l’accouplement.

Si la femelle n’est pas prête à être accouplée ou est déjà enceinte, elle crache sur le mâle pour lui signifier son désintérêt. Si elle est prête à être accouplée, elle se couche pour laisser l’occasion au mâle de l’accoupler.

Généralement, les femelles se laissent accoupler par le mâle environ 3 semaines après la naissance du bébé alpaga. On confirme la grossesse dans les semaines suivant l’accouplement par un « spit check » en mettant la femelle en présence d’un mâle. Si celle-ci crache sur le mâle, elle est très probablement gestante !

La naissance de l’alpaga en vidéo

>