Le tri des toisons

Tri des toisons et détritus | skirting fiber

Échantillon de ce qu’on peut retrouver dans une toison d’alpaga

Ce travail des toisons et de la fibre des alpagas avant l’étape du moulin est absolument nécessaire. Je veux dans cet article te faire un petit résumé de ces étapes par lesquels on passe entre la tonte des animaux et l’envoi au moulin.

Avant la tonte

Les alpagas traînent beaucoup de détritus dans leurs toisons sans que cela paraisse trop. Avant la tonte, je prends soin d’enlever une grande quantité de ces déchets qui restent accrochés en surface pour m’éviter un travail plus ardu par la suite.

On y retrouve beaucoup de foin, bien entendu, mais aussi des excréments, des amas de boue, des feuilles, des branches et même des insectes !

Il m’arrive, lorsque c’est trop collé sur les pointes de couper les pointes des mèches directement sur l’animal avant la tonte.

Tri des toisons

 

Pendant la tonte, la fibre est stockée dans de gros sacs, séparée en sections; cou, épaules | cuisses et toison principale.

Je reprends les sacs un à un par la suite pour enlever tout ce qui peut rester dans la fibre. Il faut qu’il reste le moins de végétations possible; tout est fait manuellement.

J’étends les toisons sur une grande table perforée pour permettre au sable pris dans la fibre de tomber au sol pendant la manoeuvre.

Le tri des toisons des crias (les bébés) est ce qui est le plus long et fastidieux parce que les pointes (qui ont trempés dans le liquide amniotique) sont comme de vrais crampons ! Pour récupérer une toison de cria, parfois, la seule alternative est de peigner chaque mèche une à une ou de couper les pointes !

Certains déchets dans la fibre sont plus faciles à enlever que d’autres; les feuilles séchées s’effritent facilement, multipliant les morceaux tandis que les chardons et la mille peuvent créer de grosses masses et sont parfois impossibles à enlever !

La fibre trop contaminée doit parfois être jetée, malheureusement !

Classement de la fibre

Je classe également la fibre pendant ce tri dans des catégories différents qui vont être envoyées au moulin.

Les meilleurs grades vont être utilisés pour du fil à tricoter ou du feutre de qualité. Les grades moyens pour faire des bas. Les moins beaux grades pour faire d’autres accessoires dont des articles de décoration, de la bourrure ou autres produits.

Sur un même animal, il y a plusieurs qualités de fibre et plusieurs longueurs; la fibre est donc divisée en plusieurs sacs selon les caractéristiques et souvent mêlée avec la fibre d’autres alpagas qui présentent les mêmes qualités, selon ce que l’on veut obtenir. C’est à ce moment là qu’on décide aussi si on fait des mélanges de couleur.

Une fois triée et classée, la fibre est envoyée au moulin pour être filée ou transformée (feutre, par exemple).

Pourquoi ces étapes avant le moulin ?

Ce sont des incontournables pour éviter le bris des machines au moulin, mais aussi pour s’assurer d’un beau produit fini. La fibre d’un alpaga mêlée dans un sac de vidange… ça va aux poubelles ! 😉

Il est à noter qu’on peut parfois retrouver quelques végétations dans le produit fini; c’est normal étant donné le caractère semi-artisanal d’un fil qui n’est pas traité avec des produits chimiques (c’est le cas avec la production industrielle).

Tu aimes mes articles et tu aimerais me remercier ? Offre-moi un café !